Texte : Maryse Deraîche
Photos : Sébastien Rioux

Au coeur du vieux Sainte-Thérèse, dans les Laurentides, se trouve un petit trésor de café : Les Allumées. Abrité dans l’ancien hôtel de ville, le café Les Allumées peut se targuer de faire partie de l’histoire. Isabelle Girard et Jean-François Rioux sont les sympathiques propriétaires de ce grand café achalandé et ils forment une équipe du tonnerre dans la vie comme derrière le comptoir.

À quel moment avez-vous ouvert le café Les Allumées?

Isabelle : Nous avons fait l’acquisition du bâtiment en 2016 et avons effectué de nombreuses rénovations. L’ouverture officielle a eu lieu le 14 février 2017.

Quel est le point de départ de cette aventure?

I. : Je suis issue du monde de l’alimentation : quand j’étais enfant, mon père possédait des supermarchés et j’ai évolué dans cet univers tout au long de ma vie. Avant d’ouvrir notre café, nous étions propriétaires de cinq supermarchés et, au fil des ans, c’est devenu autre chose que ce qu’on voulait.

 

C’est-à-dire?

I. : Jean-François et moi, nous aimons le monde, nous aimons travailler sur le terrain, mettre la main à la pâte, et nous nous étions éloignés de ça en tant que propriétaires de supermarchés. C’est pour cette raison que le commerce que nous avons choisi d’ouvrir fut un café : un endroit où les gens se côtoient, parlent, lisent, se détendent, étudient, rient, somnolent, jouent, un endroit où il fait bon être les uns avec les autres.

Le lieu est hétéroclite, tant en matière de décoration que de clientèle, quel était votre but? Jean-François : Le café est situé dans un bâtiment ancestral que nous avons remis à neuf avec une décoration urbaine et une touche ancienne et rétro. Nous avons trouvé des chaises dépareillées dans des brocantes, nous avons réutilisé les pattes de table de l’hôtel Le Reine Elizabeth, nous avons les anciens ustensiles en argent du Château Frontenac...

 

I. : Ça plaît beaucoup à notre clientèle qui est très variée, malgré la grande présence des étudiants du Collège Lionel-Groulx, situé juste à côté. Est-ce que c’est un problème d’avoir une clientèle principalement étudiante?

J.-F. : Au contraire, on adore ça travailler avec les jeunes, ça nous aide à les comprendre et ça nous garde jeunes! C’est aussi pour cette raison qu’on a ouvert un comptoir café et viennoiseries au Collège Lionel-Groulx, environ six mois après l’ouverture
des Allumées.

I. : C’est ce qu’on voulait au départ, travailler avec et pour des jeunes. Moi je trouve ça tellement le fun de les voir étudier!

Et on boit quoi dans votre café?

J.-F. : Outre le café, on offre aussi des smoothies maison, des cafés glacés, du maté, du kombucha, du thé... On propose presque toutes les boissons végétales qui existent, je pense qu’on en a six ou sept sortes différentes, tout le monde a sa préférence aujourd’hui, alors nous, on s’adapte.

 

En ce qui a trait à votre menu, il me semble bien garni, que contient-il?

I. : La cuisine, c’est mon dada, presque tout est fait maison! Nous avons seulement quelques produits qui viennent de l’extérieur, comme le croissant aux amandes et les biscuits sans gluten, par exemple. On joue beaucoup avec le menu, on crée, on change, on s’adapte, on travaille les produits de saison.

Alors quel bon plat mange-t-on avec notre cappuccino
ou notre matcha latté?

I. : Je vais vous préparer nos préférés du moment afin que vous puissiez y goûter : un sandwich garni de viande fumée et de cornichons, notre sandwich végé aux légumes grillés et au fromage de chèvre, le sandwich de style club tartiné de guacamole, une salade de betteraves et d’agrumes, une salade d’orzo, tomates, feta, olives et poivrons rouges, ainsi qu’une petite pizza aux légumes sur pain naan.

J.-F. : Il y a aussi les boissons : le smoothie banane et fraise, celui aux épinards, aux kiwis et à la mangue, notre limonade maison à la fraise et notre thé glacé sans sucre à la pêche sont des incontournables.

Restera-t-il de la place pour le dessert?

I. : Il le faut! Le pouding chômeur et les « pets de soeur », en plus des biscuits et des pastéis de nata sont tous faits maison et ils sont encore chauds. J’ai été charmée par la générosité et la gentillesse de nos hôtes en plus d’avoir passé un bon moment dans ce charmant café. Repue et comblée, je garde un joyeux souvenir de ma visite au café de ville Les Allumées. Un détour que je referai assurément pour aller me régaler de ce pouding chômeur à tout casser!