Au Brésil, on retrouve une culture gastronomique riche et variée. C’est son histoire et l’apport de plusieurs cultures qui se sont amalgamées qui lui ont donné naissance. Elle résulte du métissage de traditions culinaires portugaises, amérindiennes et africaines avec des accents d’italien, de slave et même d’arabe. La cuisine du Brésil est une cuisine très régionalisée, c’est-à-dire que chaque région offre ses propres spécialités. 

Bien que les plats brésiliens soient très variés, vu le morcellement topographique de sa gastronomie, on retrouve d’une région à l’autre une majorité de mêmes ingrédients et de plats qui font l’unanimité quant à l’identité culinaire du pays. Par exemple, la viande est prédominante dans toutes les régions. On sert du porc, du boeuf, de l’agneau et de la volaille. Cuite sur une broche, enroulée dans une feuille de bananier, cuite à la vapeur ou mijotée dans un ragoût, la viande est partout. On aime également manger les abats au Brésil. La manière la plus populaire de préparer la viande est à la broche ou en grillades. Le churrasco est sans doute la plus spectaculaire, par contre, il s’agit d’un véritable art de cuisiner la viande : celle-ci est cuite sur le feu sur des épées! Pour accompagner les grillades, on sert aussi une vinaigrette brésilienne, qui en fait, n’en est pas tout à fait une. Pour les Brésiliens, une vinaigrette est plutôt un plat d’accompagnement composé de légumes frais comme des poivrons, des tomates, des poireaux et des échalotes qui sont marinés dans un mélange d’huile d’olive, d’eau et de vinaigre de cidre que l’on assaisonne de persil et de coriandre fraîche, de sel et de poivre avec une pointe de piment d’Espelette. Le choix des ingrédients peut varier selon la personne qui le prépare. On pourrait le comparer à une salade ou à une salsa. 

On laisse aussi une grande place aux haricots et au riz, qui sont les piliers de la culture alimentaire au Brésil. Peu importe le repas que l’on vous sert, le riz et les haricots sont toujours au rendez-vous! D’ailleurs, le plat national brésilien par excellence est la feijoada, un mijoté fait à base de haricots, de légumes et de plusieurs variétés de viandes dont des pieds, des queues et des oreilles de porc, de boeuf fumé et de saucisse. Et puis, viennent les poissons et les fruits de mer, surtout les crevettes qui se retrouvent dans une multitude de plats.
 

 

 

Issu de l’Amazonie, le manioc fait aussi partie intégrante du menu brésilien. Il s’agit d’une plante que l’on peut consommer des feuilles à la racine. On le déguste dans la maniçoba, un ragoût fait à base de feuilles de manioc moulues et de viande. On tire aussi du manioc un jus duquel on prépare un condiment jaune et liquide très populaire, le tucupi. Il s’agit d’un condiment acidulé assaisonné de sel et de piment et parfois d’herbes comme le basilic ou la coriandre. On l’utilise comme sauce pour une multitude de plats, mais encore faut-il le préparer adéquatement puisque le jus de racines de manioc est toxique lorsqu’il est cru. C’est pourquoi il faut le faire bouillir plusieurs heures avant de le consommer en toute sécurité. On fabrique aussi de la farine de manioc, qui est très populaire. On en fait des farofa, des petits beignets composés de semoule de manioc frite à laquelle on ajoute au choix des petits morceaux de viande, de la saucisse, des oeufs, des haricots, des herbes ou des morceaux d’oignons.

 

On consomme également une grande quantité de jambu, une autre plante comestible qui rappelle la roquette et l’épinard. En plus d’avoir un goût très particulier, le jambu a des propriétés légèrement anesthésiantes, alors celui qui le consomme verra sa langue et ses lèvres devenir tout engourdies!

 
 
Quoi qu’on en dise, avec des aliments comme le manioc et le jambu qui présentent chacun des particularités étonnantes, la gastronomie brésilienne est aussi riche en influences culturelles qu’en surprises!