Texte et photos : Maryse Deraîche

Si vous cherchez une activité à faire au grand air avant que le thermomètre ne descende sous zéro, la ferme Reid saura combler vos besoins nutritionnels et votre envie de profiter des derniers rayons de soleil.

Éprouvant une envie irrésistible de quitter la ville et n’ayant plus de carottes dans mon frigo, je me dis que ce serait une bonne idée d’aller les chercher directement à la source. J’ai donc sauté dans ma voiture et j’ai filé tout droit vers le petit village de Sainte-Anne-de-Sabrevois, une municipalité située dans le comté du Haut-Richelieu, un beau coin de pays! 

En arrivant sur la ferme, je suis accueillie par le propriétaire des lieux, Martin, ainsi que sa compagne Nadia. Aussitôt entrée dans leur solarium, un petit caniche sociable et un noble siamois pointent le bout de leurs nez pour faire coucou. Assise dans le confort
de leur maison, j’écoute Martin m’expliquer que, chez les Reid, l’agriculture, c’est une affaire de famille. 

Étant issu d’une famille d’agriculteurs, Martin se dit très heureux d’avoir perpétué le métier et d’y former sa relève. Son fils Alexandre et sa bru Johannie travaillent à la ferme depuis plusieurs années déjà et ils s’y plaisent autant que leurs aïeuls.

PLUS QU'UNE FERME

À l’origine, la ferme Reid ne cultivait que du maïsgrain,
du soya et des légumineuses destinés à nourrir
du bétail, mais étant passionné par la production
maraîchère, Martin offre maintenant à sa clientèle
une panoplie de fruits et de légumes. Framboises,
concombres, tomates, asperges, brocolis, citrouilles,
aubergines... Martin me les énumère presque tous,
mais il insiste sur le légume qui fait sa fierté : son
maïs sucré. Il pointe alors le kiosque de vente de la
ferme où s’empilent, sur des étals, les fameux épis
de maïs.

Il m’explique qu’il a trois kiosques où il vend
ses produits : un situé sur la ferme de Sabrevois,
un autre à Iberville et un troisième, où il vend
principalement son maïs sucré, au supermarché
Pasquier, un marché d’alimentation indépendant situé
à Saint-Jean-sur-Richelieu. Ça promet pour nos
futures épluchettes de blé d’Inde!

 

Lorsque je me retourne pour regarder les étals de maïs que pointe Martin, je remarque un espace avec des jeux pour enfants ainsi que des poules dans un enclos et je m’empresse de lui demander des précisions. C’est Nadia qui me répond que la ferme offre plusieurs activités à sa clientèle. On peut y faire des pique-niques, petits et grands peuvent jouer dans le parc, on peut nourrir et caresser des lapins, des chèvres, des moutons et des poules et la fin de semaine, les enfants peuvent faire un tour de poney, jouer dans des jeux gonflables et manger du maïs soufflé et de la barbe à papa. De plus, Nadia organise depuis peu des fêtes d’anniversaire pour les enfants. On peut donc réserver la ferme pour célébrer le petit dernier!

 

À la suite de cette jasette instructive, je quitte la
maison pour aller faire le tour de la ferme question
de fouiner un peu et de faire quelques clichés.

Après avoir photographié des centaines de tomates et des tracteurs John Deere, je me dirige vers le kiosque de vente où Colombe, une serviable et sympathique vendeuse, remplit tous les paniers de légumes devant moi pour que mes photos soient réussies. Les clients défilent, le soleil brille, les gens se saluent… Il règne sur la ferme Reid, ce matin, une atmosphère chaude et conviviale.

 

SE LAISSER TENTER

En quittant la ferme, j’aperçois un fanion flottant indiquant « autocueillette » et je me dis que Martin et Nadia ont oublié de m’en glisser un mot. J’en profite donc pour prolonger mon plaisir en arrêtant au kiosque d’Iberville pour en savoir davantage. Quelle chance, c’est Johannie qui s’occupe du kiosque aujourd’hui! C’est avec un immense sourire et un bonjour mélodieux qu’elle me reçoit. Après lui avoir résumé ma visite à la ferme, elle me donna des informations concernant l’autocueillette. J’appris qu’à la ferme Reid, on peut cueillir nous-mêmes des fraises, mais aussi des citrouilles, en fonction de la tarte qui nous fait envie!

En me promenant dans l’ancienne grange transformée en kiosque, je me sentis attirée par la rangée de produits du terroir. À la ferme Reid, on produit, on transforme et on vend! On peut donc ajouter un pâté, du ketchup, de la salsa ou de la confiture à notre panier d’achats. Mis à part ce qui est cuisiné sur place, on trouve aussi une grande variété de produits québécois. La ferme Reid collabore avec plusieurs producteurs d’ici afin d’offrir à sa clientèle un large éventail de produits de qualité. Fenêtre ouverte, la crinière au vent, je repris la route 133 en essayant de ne pas trop me salir en croquant dans les fraises juteuses de Martin!